• Accueil
  • /
  • Blog
  • /
  • Les clés pour une reconversion professionnelle à 50 ans réussie et épanouissante

Les clés pour une reconversion professionnelle à 50 ans réussie et épanouissante

N’en déplaise à certains : non, la reconversion professionnelle à 50 ans n’est pas nécessairement une réponse à une « crise » mais peut aussi être un choix serein, mûrement réfléchi, vers une deuxième carrière riche de sens et d’accomplissements.

Dans cet article, je vais tenter de vous montrer pourquoi, en me basant sur mon expérience de psychopédagogue et formateur, il n’est jamais trop tard pour se réinventer.

Mythe de la « midlife crisis », raisons de changer de métier à 50 ans ou plus, obstacles à surmonter : ensemble, on prend le temps de la réflexion !

Le mythe de la « midlife crisis »

👨‍🦳 Il est une expression qui colle à la peau des quinquagénaires : celle de la « midlife crisis » ou « crise de la cinquantaine » (voire de la quarantaine) en bon français. Popularisé dans les années 60, ce concept fait référence à une période de remise en question existentielle, caractérisée par des changements de vie drastiques, des acquisitions impulsives, voire même une anxiété latente sur le déclin imminent de la vie… Sympa !

Pour certain(e)s, cette période peut en effet être source de tumultes. Pour autant, elle ne doit pas être caricaturée !

Car on peut aussi voir le verre à moitié plein. Et considérer, à raison, que la cinquantaine marque souvent une envie d’évolution, de redéfinition de soi-même, et de recherche d’un sens plus profond dans sa vie professionnelle.

Posez-vous donc cette simple question : et si, plutôt que de voir cette période comme une « crise », vous la perceviez comme une opportunité de renaissance et de développement personnel ?

Changer de métier à 50 ans : un phénomène encore marginal

En 2022, France Compétences publiait une note d’études intitulée Des reconversions professionnelles variées et éloignées des modèles linéaires. L’institution nationale publique française y dresse le constat suivant : « Pour les plus âgés, la fréquence des reconversions chute de moitié. Les plus de 50 ans représentent 15 % des enquêtés et 28 % dans la population de référence. »

Pourtant, dans un monde en constante évolution, où disparaissent les métiers d’hier et émergent ceux de demain, la reconversion professionnelle n'est pas réservée aux jeunes générations.

Parce que la vie professionnelle s’étend et, avec elle, la possibilité et parfois le besoin de se réorienter. Les motivations sont multiples : recherche d’un travail plus épanouissant, aspiration à de nouvelles responsabilités, ou encore désir de se lancer dans l'entrepreneuriat.

Dans cette optique, la cinquantaine ne doit plus constituer un frein – mais bel et bien un tremplin. Vos cinq décennies d’expériences, de compétences et de réseau sont un atout indéniable pour réussir cette transition !

Les raisons pour lesquelles une reconversion est possible à 50 ans

✊ Loin d’être un frein, l’âge peut constituer un véritable levier pour une reconversion réussie.

Les raisons que je m’apprête à vous lister, qui sont basées sur ce que j’ai recueilli auprès des publics que j’ai accompagnés, démontrent qu'il est non seulement possible mais aussi judicieux de considérer un changement de boulot à la cinquantaine !

L’expérience professionnelle accumulée : un atout considérable

Premier réflexe à adopter : ne surtout pas sous-estimer la valeur de l’expérience. À 50 ans révolus, vous avez sans doute accumulé plusieurs décennies d’expérience dans un voire plusieurs domaines professionnels.

Cette richesse, elle vous confère une connaissance approfondie des rouages de votre métier mais aussi, plus généralement, des relations professionnelles et des dynamiques de l’entreprise.

Lorsque vous envisagez une reconversion, ces compétences acquises ne disparaissent pas. C’est même tout le contraire ! Elles vont être réutilisées, adaptées, valorisées dans un nouveau contexte.

Qu’il s’agisse de gestion d’équipe, de relation client ou encore de maîtrise technique, ces compétences transférables constituent des atouts précieux pour une nouvelle orientation.

La longévité professionnelle : 50 ans est loin d’être la fin de la carrière

Arrivé à ce niveau de l’article, il est temps de convoquer quelques chiffres !

À commencer par l’espérance de vie. En France et selon le ministère de la Santé et de la Prévention, elle atteint 85,3 ans pour les femmes et 79,3 ans pour les hommes (on retrouve peu ou prou les mêmes scores en Belgique). Traduction : à 50 printemps, il reste en moyenne 35 ans à vivre à mesdames et près de 30 à messieurs. Une éternité !

Deuxième donnée… moins enthousiasmante : l’âge du départ à la retraite. En France et à la suite d’une réforme houleuse, il est passé en 2023 à 64 ans ; outre-Quiévrain, il est actuellement fixé à 65 ans mais doit reculer progressivement à 66 ans en 2025 puis 67 ans en 2030.

Quoi que les médias disent : non vous n'êtes pas périmé, avoir atteint 50 ans n’est ni une fin de carrière, ni une fin de vie. Et parce que vous avez encore de (longues) années de service devant vous, autant faire le nécessaire pour que ce soit un plaisir plutôt qu'une corvée !

La maturité émotionnelle : une capacité accrue à gérer le changement

Pour Victor Hugo (un peu de poésie dans un monde de brutes), « quarante ans, c’est la vieillesse de la jeunesse, mais cinquante ans, c’est la jeunesse de la vieillesse ». Par quelque bout que l’on attrape cette maxime, force est de constater que la cinquantaine porte avec elle une maturité émotionnelle exceptionnelle !

Cette maturité se traduit par une meilleure connaissance de soi, une capacité accrue à gérer les situations stressantes, et une plus grande sérénité face aux challenges. Autant de qualités essentielles lors d’une reconversion pro !

Changer de boulot ou d’industrie nécessite d’accepter l’incertitude, de faire preuve de résilience face aux échecs, et aussi de persévérer malgré les obstacles. On croirait entendre les conseils d’un vieux maître Jedi à son jeune padawan, mais c’est pourtant parfaitement exact !

La sagesse et la patience acquises avec l’âge vont constituer des alliés précieux pour naviguer dans votre transition avec confiance et assurance.

Changer de carrière à 50 ans : les obstacles à surmonter

🥊 Des obstacles, il y en aura. Je ne suis pas là pour nier ce que, de toute façon, vous savez déjà !

Sauf que pour chaque obstacle, il existe une solution. L’essentiel est là !

Bien que la reconversion professionnelle à 50 ans puisse aller avec son lot de défis, avec la bonne attitude, les bons outils et une détermination sans faille, ces embûches peuvent être transformées en opportunités d'apprentissage et de croissance.

Voici les trois principaux défis que j’ai relevés auprès des personnes de 50, 51, 52 ans (etc.) qui m’ont fait confiance.

La peur du changement : identifier les craintes

Dans une réplique devenue culte, l’un des personnages du Guépard de Lampedusa affirme qu’il faut « que tout change pour que rien ne change ». Pour cause : le changement est souvent perçu comme une menace. À plus forte raison à 50 ans.

Jugez vous-même. Au-delà de la quarantaine, l’idée de quitter un environnement familier pour se lancer dans l'inconnu peut légitimement susciter des appréhensions.

Il est alors crucial d’identifier ces craintes. Est-ce la peur de l'échec ? La peur de ne pas être à la hauteur ? La peur du jugement ?

Ce n’est qu’une fois que vous aurez identifié ces craintes que vous pourrez les confronter pour les déconstruire. L’auto-évaluation, la méditation, mais aussi un accompagnement par des psychopédagogues comme moi, peuvent constituer des outils efficaces pour comprendre et dépasser ces peurs.

Oh, et un autre point essentiel : rappelez-vous une nouvelle fois que chaque parcours professionnel est jalonné d’incertitudes et que l’expérience passée est une force pour les surmonter !

Les préjugés sociétaux : gérer l’opinion des autres

La société a parfois (souvent ?) une vision stéréotypée de ce que devrait être le parcours professionnel idéal : une progression linéaire de l'école jusqu’à la retraite, avec peu ou pas de changements majeurs. Mouais.

Si vous êtes arrivé(e) jusque-là dans cet article – et que vous avez commencé à le lire en premier lieu –, c’est que vous ne croyez pas en ce diktat de la linéarité !

Changer de cap à 50 ans peut ainsi être perçu comme un acte de bravoure ou, à l'opposé, comme une crise. Pour surmonter ces préjugés, il est donc capital de vous concentrer sur votre propre vision et vos aspirations !

Les opinions extérieures, bien que parfois bruyantes, ne doivent pas dicter vos choix. Dans cette optique, discuter avec des personnes qui ont elles-mêmes réussi leur reconversion peut aider à relativiser et à renforcer votre détermination.

Les compétences à mettre à jour : formations et autres

J’ai commencé à l’évoquer un peu plus haut : dans un monde en constante évolution, certaines compétences peuvent devenir obsolètes tandis que de nouvelles sont requises.

Rassurez-vous : entre 50 et 60 ans, votre cerveau peut toujours emmagasiner de nouveaux savoir-faire et connaissances !

Ici, la formation continue est un excellent moyen de rester à jour et compétitif. Pour ça, de nombreuses structures proposent des formations adaptées aux besoins des professionnels en reconversion.

Les formations accélérées, quant à elles, sont pensées pour offrir un apprentissage intensif en un temps réduit. Elles sont particulièrement adaptées à ceux qui souhaitent rapidement exercer un nouveau job.

Enfin, la validation des acquis de l’expérience (VAE) est aussi une voie à explorer. Il s’agit d’une mesure permettant à toute personne, quels que soient son âge, son niveau d’études ou son statut, de faire valider les acquis de son expérience pour obtenir une certification professionnelle.

Avec ces outils en main, vous pouvez non seulement mettre à jour vos compétences, mais aussi enrichir votre CV et, ainsi, renforcer votre confiance et votre attractivité sur le marché du travail.

Réussir sa reconversion grâce à l’ikigai

🛣️  La reconversion professionnelle, à 50 ans ou plus, ne se résume pas à un simple changement de métier ou de domaine. Il s’agit pour vous de poursuivre un job qui résonne avec vos passions profondes et vos valeurs fondamentales.

Dans cette seconde moitié, je vais vous présenter l’ikigai, dont l’enjeu est de mettre en évidence ce que vous aimez et ce qui est en accord avec vos principes, pour vous aider à trouver une carrière qui relève moins du travail que de la vocation !

Ce qu’est l’ikigai… et ce qu’il n’est pas

L’ikigai est un concept holistique, c’est-à-dire qu’il s'intéresse au sujet dans sa globalité. Connu au Japon depuis des siècles, l'ikigai vous permet de trouver votre véritable essence… ou raison de vivre.

Sur internet, il est très souvent représenté par un schéma constitué de quatre cercles croisés :

1. ce que vous aimez : qu'est-ce qui vous motive et vous donne envie de bouger ?

2. ce que vous savez faire : quelles sont vos forces et vos expériences professionnelles ?

3. ce pour quoi vous pouvez être payé(e) : quelles sont, de manière réaliste, les possibilités de carrière qui pourraient vous offrir un revenu stable ?

4. ce dont le monde a besoin : quels sont les problèmes que vous aimeriez résoudre ?

En trouvant l'intersection de ces quatre domaines, vous seriez en mesure d’identifier votre ikigai et, ainsi, être automatiquement guidé(e) vers une carrière satisfaisante et épanouissante…

Je préfère vous le dire tout de suite : si ce schéma a eu le mérite de populariser le concept d’ikigai, il n’en demeure pas moins outrageusement simpliste et surtout plagié ! (sur un modèle qui n'a rien à voir avec l'ikigai...)

Car tout au long de ma carrière de formateur et de chercheur à l'université, j'ai compris un truc essentiel dans ma propre pratique de l’ikigai : il est bien un concept psychologique mais il est aussi une philosophie de vie qu'il faut pouvoir comprendre au travers de la culture japonaise. L'un ne va pas sans l'autre.

Et autant vous dire que ces 7 années passées à la fac de psycho m'ont pas mal aidé à comprendre toutes les finesses de ce concept si unique.

Parce que l’ikigai comprend plusieurs dimensions psychologiques qui synthétisent parfaitement les différents besoins humains pour vous permettre d'identifier puis d'harmoniser ce qui est porteur de joie et de sens dans votre vie... et d'en faire éventuellement une activité professionnelle.

Comment trouver son ikigai ?

Trouver son ikigai, ou plutôt ressentir son ikigai, ça commence par adopter le bon état d’esprit (psychologie toujours) pour trouver sa voie.

C'est-à-dire ? Oser chercher son ikigai même si on ne sait pas où on va, dépasser ses croyances limitantes (j'en avais moi aussi, je vous rassure) et cheminer avec confiance vers la découverte de votre ikigai.

Un point de départ ? Vous pouvez commencer par identifier vos « passions ». C’est-à-dire ce qui vous fait réellement vibrer, qui suscite votre enthousiasme et votre créativité. Attention : vous devez distinguer vos intérêts profonds des simples hobbies… Un petit numéro d’équilibriste !

Au-delà de vos « passions », vous pouvez ensuite chercher à mettre le doigt sur vos talents naturels (et pas uniquement des compétences que vous aurez couchées à la va-vite sur votre CV pour impressionner un recruteur).

Avec un objectif final en ligne de mire : mettre en valeur dans le bon contexte ces talents uniques que vous possédez pour qu’ils vous permettent d'exprimer enfin votre potentiel !

Et un autre gros morceau : comment identifier ses valeurs personnelles ? Parce que c'est en connaissant précisément vos valeurs et la manière dont vous les exprimez que vous pourrez redonner un sens profond à votre vie et être aligné avec votre nouveau job.

Démarrer votre reconversion professionnelle

 🙂  Décidé(e) à sauter le pas avant la retraite ? Vous l’avez compris : mon métier est d’aider les professionnel(le)s de France et de Belgique à trouver leur voie grâce à l’ikigai. Voici comment.

Une formation pour les professionnel(le)s qui veulent changer à tout âge

Contrairement à l’écrasante majorité des « conseillers » et autres « coachs » qui pullulent sur le web, je n’oublie pas le plus fondamental des éléments : je vous aide à inscrire votre projet professionnel dans un projet de vie global, qui prend en compte toutes les facettes de votre personnalité.

Comment je m’y prends ?

J’ai mis au point une formation appelée Bilan de compétences Ikigai.

À l’issue de cette formation, intégralement finançable par votre Compte personnel de formation (CPF) si vous exercez dans le marché du travail français :

  1. vous saurez ce qui vous fait vibrer et vous donne de l'énergie pour déplacer des montagnes

  2. vous serez sûr(e) de vous et de vos choix de vie, comme jamais auparavant

  3. vous mettrez le doigt sur de nouvelles opportunités pour augmenter vos revenus rapidement

  4. vous vous sentirez à votre place grâce à un métier qui a du sens et dans lequel vous êtes acteur(rice) de votre vie

Un accompagnement sur-mesure car tout le monde est différent

À travers cette formation, c’est un accompagnement individualisé que je vous propose. Et au préalable, je vous délivre des informations personnalisées gratuitement et sans aucun engagement de votre part.

Tous les détails de la formation pour trouver votre voie

Accompagnement personnel et suivi inclus


Cet article en résumé :

Résumé du guide de reconversion professionnelle à 50 ans

Mes autres articles sur la reconversion

🤓 Je rédige régulièrement des textes basés sur mes études, ma pratique professionnelle, et les personnes que j’ai accompagnées. Consultez-les à l’envi ! Exemples :

5/5 - (1 vote)

Article mis à jour le : 20/10/2023

Cet article vous a plu ? Moi, c'est Julien Thomas.

Psychopédagogue et chercheur spécialisé dans l'orientation. J'ai été publié chez plusieurs Editeurs scientifiques comme Routledge ou Elsevier.

Mais au delà des diplômes, ce qui m'intéresse c'est ce qu'il y a d'unique chez vous qui cherchez votre véritable voie pour trouver et décrocher le job qui vous correspond le plus !

C'est sur ce principe fondateur que j'ai orienté ou reconverti avec succès 800+ personnes depuis 2008.
Pour y arriver, j'offre mon sens de l'écoute, une expertise reconnue de plusieurs années et des outils scientifiques.
  • Formateur d'adultes depuis 2006.
  • Conseiller en insertion professionnelle à partir de 2008.
  • Missions de recrutement de 2009 à 2014.
  • Réalisation d’un doctorat en psychologie de 2012-2016.
  • Entrepreneur à son compte depuis 2016.

Vous avez des questions sur votre parcours professionnel ? 

Je suis là pour vous apporter des réponses.

En découvrir plus à propos de Julien Thomas

D'autres ressources peuvent vous intéresser

Reconversion : les Clés pour Dépasser ses Peurs
Faut-il changer de job pour être heureux ?
Pourquoi Faire un Récit de Vie pour Trouver sa Voie Professionnelle
Pourquoi entamer sa reconversion professionnelle à 40 ans et comment la réussir
 Vous aimeriez rajouter quelque chose ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}