Je ne sais pas quoi faire de ma vie

Si vous lisez ces lignes, c’est probablement que vous êtes rendu(e) à un point de votre existence où vous ne savez plus – ou ne savez pas, tout court – quoi faire de votre vie. Votre travail ne répond pas à vos attentes, mais changer de métier vous fait peur ; vous craignez l’inconnu, l’échec, le regard des autres, le manque de temps et mille autres facteurs bloquants.

Avec cette page et la philosophie de l’ikigai, je veux vous aider à trouver la petite étincelle qui vous permettra de troquer anxiété, voire crise existentielle, contre une vie professionnelle épanouie !

Vos questionnements actuels

🤔  Lorsque vous aviez choisi, parmi les sonneries proposées par votre smartphone, celle qui allait devenir votre réveil pour tous les matins des années à venir, vous étiez persuadé(e) d’avoir fait le bon choix. Une mélodie douce mais entraînante, des sons ronds qui donnent envie d’ouvrir une paupière, puis l’autre, et de commencer sa journée avec un autre bruit que celui des pots d’échappement de la rue.

Mais aujourd’hui, force est de constater que votre sonnerie n’opère plus vraiment l’effet escompté. Pire encore : vous en êtes venu(e) à haïr ses quelques gammes. Et pourquoi ? Parce que ces notes vous rappellent que ce qui vous attend dans quelques minutes ou quelques heures, c’est une nouvelle journée dans un travail que vous détestez.

Une insatisfaction dont vous peinez à voir le bout

Cette haine à vous lever et à prendre voiture, bus ou vélo pour aller exercer une profession que vous honnissez, vous la ressentez depuis un petit bout de temps maintenant. Votre café, vous le buvez la tête remplie de questions. Votre douche, vous la prenez en vous disant que vous préféreriez rester encore un peu sous l’eau bouillante plutôt que de vous coltiner un taf qui a perdu tout sens à vos yeux… si tant est qu’il en ait déjà eu un.

Le pire avec ce vide, avec cette insatisfaction, c’est qu’elle semble ne pas avoir de fond. Vous passez mentalement en revue vos proches, vos ami(e)s ou de simples connaissances ; merde, ils semblent tous savoir ce qu’ils font, avoir un but, une direction. Mais vous, vous vous sentez encore paumé(e), confus(e), peut-être même effrayé(e) par l'avenir.

Et pourtant, si seulement vous saviez combien vous êtes loin d’être un cas isolé !

Ce que vous aimeriez faire de votre vie… face à la réalité

Chaque jour (ou presque ; disons plutôt « chaque jour où il vous reste un peu de temps de cerveau qui n’est pas pris par tout le reste »), vous vous demandez ce qui vous rendrait vraiment heureux. Vous aimeriez faire quelque chose qui a du sens, peut-être même – soyons fous ! – quelque chose qui vous passionne, mais vous ne savez pas encore quoi.

Vous aimeriez pouvoir vous lever le matin avec enthousiasme, sans souhaiter la mort du satané type qui a composé la sonnerie soi-disant motivante de votre iPhone, impatient(e) de commencer la journée.

Mais à la place, vous vous sentez coincé(e) dans un cycle sans fin d'insatisfaction et d'incertitude. Vous avez peut-être l'impression de ne plus contrôler votre existence, que vous êtes simplement emporté(e) par le courant.

Les problèmes auxquels on fait face lorsqu’on ne sait pas ce qu'on aime dans la vie

😕  Bon. Le tableau n’est pas très reluisant, hein ? Pas de panique : cela ne signifie en rien que vous faites preuve de faiblesse ou que vous avez échoué à un instant précis de votre vie. Honnêtement, j’irais même jusqu’à dire que c’est tout le contraire : si vous lisez ce guide (et avez tenu au-delà de cette introduction morose !), ça signifie que vous avez le courage de remettre en question votre vie actuelle, de chercher plus que la simple routine.

Pour vous encourager dans ce sens, je vais commencer par vous lister point par point les grands types de problèmes auxquels on fait face lorsqu’on ne sait pas quoi faire de sa vie.

Un manque de direction

Quand on ne sait pas ce qu'on aime, on a souvent l'impression de naviguer à vue. Vous vous sentez peut-être comme un navire sans boussole, dérivant sans direction précise. Vous savez que vous voulez aller quelque part… mais le souci, c’est que vous ne savez pas où.

Cette absence de direction claire peut être extrêmement frustrante. Elle peut vous faire sentir impuissant(e), comme si vous étiez à la merci des courants de la vie. Cela peut conduire à l'indécision, à l'incertitude et à une impression de stagnation dans votre vie personnelle et professionnelle.

Un manque de motivation

Sans passion ni objectif clair, trouver la motivation pour avancer est mission impossible. Vous pouvez vous sentir coincé(e), un peu comme si vous étiez sur un tapis roulant, avançant sans but. Tout ça peut conduire à la procrastination, au désengagement de votre travail ou de vos activités quotidiennes et à un manque général d'énergie.

Le manque de motivation peut également avoir un impact sur votre bien-être mental et émotionnel, vous laissant avec un sentiment de vide et de désespoir. Là, ça devient (vraiment) dangereux, pour vous, votre compagne ou compagnon, et vos enfants.

Des difficultés à prendre des décisions

L'incertitude sur ce que vous voulez faire de votre vie peut rendre toute prise de position difficile. Que ce soit pour des décisions majeures (changer de carrière, par exemple, qui est une décision ultra costaude !) ou pour des décisions mineures (comme choisir si, ce week-end, vous allez vous faire un petit cinéma ou si vous allez privilégier un film à la maison), l'indécision peut constituer un obstacle constant.

La résultante de cette incertitude, c’est ce que j’aime appeler « la paralysie par l'analyse » : vous passez plus temps à réfléchir à une décision qu'à agir.

Une perte de temps et d’énergie

Sans un objectif clair, vous pouvez vous retrouver à passer du temps et de l'énergie sur des choses qui ne vous apportent pas de satisfaction à long terme. Vous vous retrouvez peut-être à remplir votre temps avec des activités sans importance, simplement pour éviter le vide.

Cette perte de temps et d'énergie peut être dévastatrice et vous laisser épuisé(e) et frustré(e), avec la rageante impression de tourner en rond. Or, jusqu’à preuve du contraire, vous n’êtes pas un hamster…

Une pression sociale

L’une des caractéristiques intrinsèques de la société, c’est que cette dernière cultive des attentes sur ce que chaque individu devrait faire de sa vie ; maritalement et professionnellement. Or, si vous ne suivez pas le chemin dit ou pensé comme « normal », vous pouvez ressentir de plein fouet une forte pression extérieure pour vous conformer à ces attentes.

Cette pression peut venir de votre famille, de vos ami(e)s, ou même de vos collègues. Et dans une société où il est courant de valoriser les personnes qui ont une passion ou une vocation claire, le fait de ne pas “savoir ce que l'on veut dans la vie” peut être mal perçu. Et on a beau se dire qu’après tout, les autres, on s’en tape, les choses ne sont pas si simples…

Un sentiment de vide

Ne pas savoir ce que vous aimez peut laisser un vide en vous. Ce vide peut parfois être comblé par des activités de remplissage, comme la consommation excessive de médias, mais ça ne résout pas le problème de fond. Et lorsque cette vacuité se fait de plus en plus ressentir, elle peut devenir un poids constant qui vous tire vers le bas.

Une peur de l’échec

La peur de l'échec peut aussi constituer un obstacle majeur à la découverte de ce que vous aimez. Si vous avez peur de commettre des erreurs ou de ne pas réussir, vous pouvez vous empêcher d'essayer de nouvelles choses ou de prendre des risques. Cette frousse peut vous empêcher de sortir de votre zone de confort, or sortir de ladite zone est un impératif absolu pour découvrir de nouvelles passions et intérêts !

Des difficultés dans vos relations

J’ai commencé à l’évoquer un peu ci-dessus, mais ne pas savoir ce que vous voulez peut aussi exercer un impact sur vos relations. Vous pouvez avoir du mal à communiquer vos besoins et désirs aux autres, ce qui peut conduire à des malentendus et des conflits, à plus forte raison avec vos très proches.

Pire : ça peut également affecter votre capacité à établir des liens significatifs avec les autres, car vous pouvez avoir du mal à vous comprendre vous-même. Un vrai serpent qui se mord la queue, en somme.

Un manque de satisfaction personnelle

Ne pas savoir ce qu'on aime et, par extension, ce pourquoi on est fait, peut conduire à une faible estime de soi et même, dans les cas les plus graves, à des troubles dépressifs. Et si vous trouviez votre voie avant d’en arriver là ?

Savoir ce que je veux faire dans ma vie : les fausses solutions

⚠️  Que vous ayez 20 ans, 30, 40 ou 50 ans passés, si vous ne savez pas encore quoi faire de votre vie et que la déprime, voire la dépression commencent à pointer le bout de son nez, il est très tentant de chercher des solutions rapides ou de suivre des chemins qui semblent offrir un soulagement immédiat.

Oui mais voilà : ces pseudos « solutions » sont souvent peu efficaces à long terme… et peuvent même vous éloigner davantage de votre véritable objectif. Voici quelques-unes de ces plaies.

Le conformisme

Suivre le chemin que d'autres ont tracé pour vous, que ce soit vos parents, vos ami(e)s ou la société en général, peut sembler être la solution la plus simple ; je l’évoquais encore il y a quelques lignes.

Mais au fond de vous, vous savez que l’orthodoxie (pas au sens religieux, bien sûr, mais dans le sens d’agir de manière conforme aux usages généralement admis) ne mène souvent qu'à l'insatisfaction et à la frustration. Vivez votre propre vie, pas celle que les autres ont choisie pour vous !

La procrastination

On la connait toutes et tous, cette foutue tendance à ajourner, à remettre systématiquement au lendemain. À la rigueur, ça passe pour votre prochaine lessive ou votre déclaration d’impôts (enfin, avant la date butoir quand même).

Mais pour une décision aussi importante que ce que vous avez vraiment envie de faire dans votre vie, elle est ni plus ni moins un fléau. En prolongeant ainsi votre insatisfaction, la procrastination ne fait qu’augmenter votre stress et votre anxiété.

Le saut aveugle

C’est un peu le pendant à la sauce « impulsive » de la procrastination : ressentir l’envie irrépressible de changer tout de suite, maintenant, vouloir battre le fer tant qu’il est chaud… sauf que là, le fer est archi-bouillant tant vous vous précipitez.

Changer radicalement de vie ou de carrière sans réflexion préalable peut sembler une bonne idée mais, dans les faits, sans une véritable introspection et sans comprendre ce qui vous rend réellement heureux, vous risquez de vous retrouver dans une situation similaire à celle que vous avez voulu fuir. Un « éternel retour » qui ne serait pas pour déplaire à Nietzsche…

Le remplissage de la vie

Dans ma bouche et dans d’autres, « remplissage » n’est pas nécessairement un gros mot. Mais dans ce contexte, il renvoie au fait de s’engager dans une multitude d’activités, de tâches ou de distractions pour éviter de faire face à la véritable question : qu’est-ce que je veux vraiment faire de ma vie ? Cette superfluité ne fera que masquer temporairement le problème, sans lui apporter de solution réelle ou durable.

Les méthodes « bouts de ficelle »

Vous avez de l’argent à consacrer à votre reconversion professionnelle ? Ne le dépensez pas inutilement dans des solutions inutiles qui vous coûteront en temps et en énergie (et en euros).

Des exemples ? Les bouquins de développement personnel à 7 euros qui vous promettent la carrière de vos rêves en 150 pages à peine, ou encore les séances de coaching express qui appliquent la même recette bête et méchante au premier quidam venu. Vous méritez mieux que ça !

Comment l’ikigai peut vous aider à trouver votre voie

🛣️ Envie d’enfin prendre votre carrière professionnelle en main ? Si vous êtes prêt(e) à changer de voie et à enfin trouver celle qui répondra pleinement à vos attentes, c’est l’ikigai (version japonaise) que je vous recommande chaleureusement.

Qu'est-ce que l’ikigai ?

L’ikigai est un concept holistique, c’est-à-dire qu’il s'intéresse à la personne dans sa globalité. Connu au Japon depuis des siècles, l'ikigai vous permet de trouver votre véritable essence… ou raison de vivre.

L’ikigai comprend plusieurs dimensions psychologiques qui synthétisent parfaitement les différents besoins humains pour vous permettre d'identifier puis d'harmoniser ce qui est porteur de joie et de sens dans votre vie... et d'en faire éventuellement une activité professionnelle.


Comment trouver votre ikigai

Trouver son ikigai commence par adopter le bon état d’esprit pour trouver sa voie.

On peut voir l’ikigai comme, en quelque sorte, le fil rouge qui va vous permettre de (re)trouver du sens… dans un monde qui en a cruellement perdu.

Ce que ça comprend ? Découvrir ou réaffirmer quelles sont vos valeurs, quels sont vos talents personnels, quels sont vos intérêts… mais pas seulement.

Vous êtes peut-être déjà tombé(e) sur le diagramme de Venn (quatre cercles entrelacés) prétendant apporter une définition schématique de l’ikigai. Jetez-y un œil sur Google… et supprimez cette image de votre cerveau !

Il s’agit en effet d’une adaptation occidentalisée à outrance de l’ikigai – plagiée, qui plus est, sur le diagramme du “But” (purpose, en anglais) de l’astrologue espagnol Zuzunaga.

Car l’ikigai ne se résume pas à trouver le grand but de son existence ; c'est là seulement une des dimensions. Les questions financières, par exemple, ne font pas non plus partie du concept de l'ikigai japonais, pour la simple et bonne raison que l’on peut cultiver un ikigai dont on ne souhaite pas nécessairement faire un métier.

C'est pourquoi je conseille toujours de réfléchir aux questions financières après avoir identifié clairement son ikigai. Parce que si vous souhaitez en faire un métier ou une activité rémunérée, les préoccupations financières sont à ce stade réduites. Priorité sur les questions qui comptent vraiment pour partir sur des fondations solides !

Comment ma formation peut vous aider

Ma légitimité sur le sujet ? Eh bien l’ikigai est avant tout un concept psychologique… alors qui de mieux qu’un psychopédagogue pour vous transmettre tout ce savoir ?😉Et pour vous rassurer… je m’inscris à l’exact opposé de la grande majorité des experts auto-proclamés de l’ikigai – des marketeurs à fuir !

Après mon bac, j’ai suivi de longues études : dix années (ni plus ni moins !) à bûcher et me spécialiser en psychologie des transitions et parcours de vie. Cette décennie et ma thèse m’ont permis de maîtriser plusieurs approches de la psychologie dont ce concept japonais pour, finalement, amener de nombreuses personnes depuis 2016 à trouver le leur et à le ressentir au quotidien.

Mais ma carrière à l’université n’est pas le plus important. Ça fait plaisir à l'entourage, ça peut à la rigueur donner des sujets de discussion dans les soirées mondaines… mais ce n'est évidemment pas ça qui donne du sens à ce que j’ai accompli tous les jours.

Dans mon cas, l'ikigai m'a aidé à repositionner mon métier de chercheur sur ce qui faisait le plus de sens pour moi.

Alors j'ai quitté le job que j’occupais à l'université pour être plus aligné avec mon véritable ikigai.

Aujourd'hui, dans mon activité, je me considère toujours comme un chercheur : les compétences que j’ai acquises s’avèrent essentielles pour accompagner efficacement mes clients.

Je vous donne un exemple. 90 % des coachs qui travaillent le thème des valeurs avec leurs clients leur fournissent… des listes de « valeurs ». Il y en a parfois plus de 200, et il faut cocher les bonnes comme si l’on remplissait une grille de loto.

C'est tellement débile ! Premièrement parce que tout bon psychologue sait que le nombre de valeurs pour chaque être humain est limité ; le nombre 19 fait consensus dans la science.

Deuxièmement, parce que procéder ainsi produit un biais de désirabilité énorme ! Traduction : je risque de choisir non pas les valeurs qui sont authentiquement les miennes… mais bien les valeurs que j'aimerais avoir. Résultat : ce n'est en rien fiable, le coach se plante, et il emporte son client dans son naufrage.

Ce qui fait ma plus-value, c’est que je n’utilise pas ma seule expérience personnelle comme 99 % des coachs. Ce n’est pas parce qu’on a fait l’expérience d’un burn-out, par exemple, qu’on devient tout à coup psychologue clinicien !

La formation que je dispense, je la pense comme un bilan unique. Un état des lieux amélioré qui ne met pas les gens dans des cases et qui ne demande pas non plus de remplir de longs questionnaires fastidieux.

Ce que je propose, c’est un bilan véritablement individualisé, qui permet aux gens de comprendre qui ils sont réellement et ce qu'ils veulent le plus au fond d'eux, en leur donnant les moyens d’y arriver. Le tout sur la base d’outils validés et une approche scientifique éprouvée.


Concrètement, comment ça marche ?

J’ai mis au point une formation avec accompagnement individuel appelée “Bilan de compétences Ikigai”.

Avec elle, je vous aide à inscrire votre projet professionnel dans un projet de vie global, qui prend en compte toutes les facettes de votre personnalité. À l’issue de ce parcours, intégralement finançable par votre Compte personnel de formation (CPF), vous aurez reçu un accompagnement individualisé.

Et au préalable, je vous aurai délivré des informations personnalisées gratuitement et sans aucun engagement de votre part.

Un accompagnement sur-mesure car tout le monde est différent

À travers cette formation, c’est un accompagnement individualisé que je vous propose. Et au préalable, je vous délivre des informations personnalisées gratuitement et sans aucun engagement de votre part.

Tous les détails de la formation pour trouver votre voie

Accompagnement personnel et suivi inclus


Cet article en résumé :

Problèmes, fausses solutions et ikigai pour trouver quoi faire de sa vie

Je n’aime pas mon travail : études de cas

🤓 Ma mission de psychopédagogue-formateur m’a amené à croiser de nombreux profils issus de métiers divers. Ils m’ont inspiré plusieurs articles, dont voici quelques exemples dans lesquels vous vous retrouverez peut-être :


5/5 - (3 votes)

Article mis à jour le : 20/10/2023

Cet article vous a plu ? Moi, c'est Julien Thomas.

Psychopédagogue et chercheur spécialisé dans l'orientation. J'ai été publié chez plusieurs Editeurs scientifiques comme Routledge ou Elsevier.

Mais au delà des diplômes, ce qui m'intéresse c'est ce qu'il y a d'unique chez vous qui cherchez votre véritable voie pour trouver et décrocher le job qui vous correspond le plus !

C'est sur ce principe fondateur que j'ai orienté ou reconverti avec succès 800+ personnes depuis 2008.
Pour y arriver, j'offre mon sens de l'écoute, une expertise reconnue de plusieurs années et des outils scientifiques.
  • Formateur d'adultes depuis 2006.
  • Conseiller en insertion professionnelle à partir de 2008.
  • Missions de recrutement de 2009 à 2014.
  • Réalisation d’un doctorat en psychologie de 2012-2016.
  • Entrepreneur à son compte depuis 2016.

Vous avez des questions sur votre parcours professionnel ? 

Je suis là pour vous apporter des réponses.

En découvrir plus à propos de Julien Thomas

D'autres ressources peuvent vous intéresser

Reconversion : les Clés pour Dépasser ses Peurs
Faut-il changer de job pour être heureux ?
Pourquoi Faire un Récit de Vie pour Trouver sa Voie Professionnelle
Tout pour réussir sa reconversion professionnelle à 30 ans sans prise de tête
{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}