Je ne veux plus être ingénieur

Dans son texte Critique des critiques, Marcel Pagnol dresse – non sans humour noir – l’avertissement suivant : « Il faut se méfier des ingénieurs : ça commence par la machine à coudre, ça finit par la bombe atomique ».

Sans nécessairement partager le cynisme mordant de l’Académicien, peut-être faites-vous vous-même partie des acteurs de l’ingénierie qui, pour une ou plusieurs raisons, êtes en quête de reconversion professionnelle.

Dans cette page, je vais vous montrer comment mettre à profit l’expérience acquise et les qualités développées au cours de votre carrière d’ingé pour réussir ce changement, en vous aidant du concept de l’ikigai.

Les difficultés du métier d’ingénieur

🤕 En 2021-2022, 158 200 étudiants étaient inscrits en cycle ingénieur en France. Un effectif en progression de 2,5 % en un an et de 16 % en cinq ans, qui ne doit pourtant pas faire oublier les difficultés émaillant le quotidien des ingés. Petit florilège.

La pression constante

En école d’ingé (voire même avant, si vous avez fait S), on vous a appris que la pression désignait « le rapport de l’intensité de la force s’exerçant uniformément sur une surface et perpendiculairement à celle-ci, à l’aire de cette surface ». Bon.

Sauf que la pression peut aussi désigner l’influence coercitive ou la contrainte morale que tout un chacun peut ressentir. Or, en l’occurrence, le métier d’ingénieur n’en est pas immunisé.

Travailler dans le domaine de l'ingénierie, ça signifie souvent naviguer dans un environnement où les enjeux sont élevés. Qu'il s'agisse de concevoir un nouveau produit ou d'optimiser une infrastructure existante, vous devez respecter des normes strictes.

Cette rigueur peut conduire à des nuits blanches, des semaines de travail intensif et la nécessité de répondre rapidement aux crises. Un cocktail qui peut s’avérer mentalement épuisant, surtout lorsque chaque détail compte.

L’exigence de mise à jour continue

Vous connaissez bien celle qu’on appelle « veille technologique », autrement dit l’activité qui, dans une entreprise ou un organisme, consiste à se tenir (tout le temps) informé des innovations dans le secteur vous concernant.

Car, factuellement, la technologie évolue à une vitesse vertigineuse. Pour un ingénieur, ça signifie que ce qui était pertinent hier pourrait être obsolète demain. Vous êtes donc constamment poussé(e) à vous former, à assister à des conférences, à lire des publications, à vous familiariser à de nouveaux logiciels, à apprendre de nouvelles méthodes, etc.

Cette exigence de mise à jour perpétuelle peut être excitante – mais elle peut aussi être ni plus ni moins accablante !

Le déséquilibre travail - vie personnelle

Quand vous aidez votre fille ou votre fils à construire son bateau en Lego le samedi matin, vous laissez en quelque sorte votre expérience d’ingénieur déborder sur votre vie privée. Mais là, je vous parle du vrai déséquilibre entre boulot et perso.

Les projets d'ingénierie nécessitent souvent des heures supplémentaires, des week-ends travaillés ou des déplacements fréquents. Ces exigences peuvent rendre difficile la planification de la vie personnelle, des vacances ou même de simples loisirs et, légitimement, entraîner un sentiment d'épuisement ou d'isolement social.

La responsabilité accrue

En tant qu’ingénieur, vous jouez un rôle essentiel dans la conception et la mise en œuvre de systèmes et de produits qui peuvent affectent des milliers, voire des millions de personnes. De quoi ressentir une légère sensation de vertige, non ?

Vivre avec cette responsabilité peut être source d'anxiété, sachant que vos décisions sont susceptibles de toucher directement la vie des gens.

Les interactions limitées

Bien que l’ingénierie nécessite souvent un travail d’équipe, certains rôles peuvent être très spécialisés, ce qui limite les interactions avec des collègues de disciplines variées. Ces situations peuvent générer un sentiment d'isolement et une distance par rapport à la vision globale d'un projet ou d'une entreprise.

Là aussi, si vous aviez signé pour une carrière en collectif, vous vous dites avoir peut-être fait fausse route…

Les qualités acquises grâce au métier d’ingénieur

💪 Industrie, automobile, mécanique, électronique ou encore chimie : quel que soit le secteur au sein duquel vous exercez ou avez exercé votre activité, vous y avez nécessairement développé des atouts qui pourront vous être utiles dans votre nouvelle carrière. Exemples !

La résolution de problèmes

« À chaque problème, sa solution », nous rappelle l’adage. Sauf que pour l’ingénieur, cette maxime relève presque de la devise !

Au cœur du métier d'ingénieur se trouve la nécessité de trouver des réponses à des défis complexes. Ce n'est pas seulement une question de théorie mais aussi d'application pratique.

Avec le temps, vous avez donc développé une aptitude à décomposer les problèmes, à envisager plusieurs scénarios, et à choisir la meilleure solution en fonction des contraintes données. Une énorme qualité !

L’attention aux détails

On associe volontiers le souci du détail aux soft skills, les compétences dites « douces », c'est-à-dire les compétences comportementales et humaines (par opposition aux hard skills qui font référence aux habiletés techniques).

Dans le monde de l'ingénierie, même une petite inexactitude peut avoir des conséquences majeures. C'est pour cette raison que les ingés apprennent à se montrer méticuleux et à examiner chaque élément d'un projet sous différents angles.

C’est un atout essentiel pour garantir la fiabilité et la sécurité des projets.

La capacité d’apprentissage continu

Cette qualité rejoint directement la difficulté dont je vous parlais un peu plus haut : étant donné la vitesse à laquelle évolue le secteur technologique, la curiosité et l'ouverture d'esprit sont essentielles.

En tant qu’ingénieur, vous savez vous adapter rapidement et avez ainsi acquis une forme de résilience face au changement. Là aussi, une carte à jouer pour votre future carrière !

La gestion de projets

Vous le savez mieux que moi : un projet d'ingénierie n'est pas uniquement une question de technique. Il s'agit aussi de gérer des équipes, des budgets, des délais, les attentes des clients… Bref : ce qu’on appelle la gestion de projets ou GDP si on veut s’économiser quelques syllabes.

Les ingénieurs apprennent donc à jongler avec plusieurs aspects d'un projet, à anticiper les risques et à assurer une livraison réussie. Une orga qui mérite d’être saluée !

La capacité d’analyse

La langue de Shakespeare a formé un verbe à partir du métier d’ingénieur, ce que la langue de Molière n’a pas fait : to engineer, qu’on peut traduire selon le contexte par « concevoir », « planifier »… et parfois même, « manigancer ».

To engineer, c’est être régulièrement confronté à une quantité massive de données. Que ce soit pour la conception, le test ou l'optimisation, vous devez être capable d'interpréter ces données pour prendre des décisions éclairées.

Or, cette compétence vous rend particulièrement apte à naviguer dans des environnements riches en informations – ce qui n’est pas donné à tout le monde !

Reconversion : les métiers proches de l’ingénierie

🤝  Le concours après le baccalauréat, les deux années de classe préparatoire, les trois à cinq ans à trimer en école d’ingé… Si vous n’avez pas envie que tous ces sacrifices le furent en vain, vous avez tout à fait la possibilité de vous reconvertir dans une profession proche de votre métier actuel (ça compte quand même comme une reconversion, promis). Ci-dessous, quelques idées !

Architecte système

L'architecte système joue un rôle crucial dans la conception et la mise en place de solutions technologiques pour une organisation donnée. Il s'assure que tous les composants du système (matériels, logiciels, réseaux) fonctionnent en harmonie pour répondre aux besoins de l'entreprise.

C’est un job qui exige une vision globale puisque vous collaborez étroitement avec différentes équipes pour garantir la cohérence et la performance du système.

Une expérience en tant qu'ingénieur vous préparerait à comprendre les complexités techniques, tout en tenant compte des exigences commerciales et opérationnelles !

Analyste d’affaires en technologie

Un analyste d'affaires en technologie sert, en quelque sorte, de « pont » entre les équipes techniques et commerciales d'une organisation. Il comprend les besoins métier et les traduit en exigences techniques pour les équipes de développement.

Je l’ai mis dans ma liste parce qu’en tant qu’ingénieur, vous êtes fort(e) de compétences analytiques et de connaissances techniques. Et par conséquent, vous pouvez exceller dans ce rôle ! Tout l’enjeu est de garantir que les solutions technologiques répondent véritablement aux défis commerciaux.

Expert en cybersécurité

Cybersécurité : secteur d’avenir ? On ne le lit pas que sur l’ANSSI, l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information française. Et pour cause : avec l'augmentation des menaces cybernétiques, la cybersécurité est devenue un domaine essentiel pour toutes les organisations.

Les ingénieurs, du fait de leur compréhension approfondie des systèmes et des réseaux, peuvent se reconvertir en experts en cybersécurité. Ce rôle implique la protection des infrastructures contre les attaques, l'identification des vulnérabilités, et la mise en œuvre de protocoles de sécurité.

Une formation spécialisée, et vous voilà investi(e) d’une capitale mission de bouclier !

Contrôleur de qualité

Le rôle du contrôleur de qualité, c’est d'assurer que les produits ou services d'une entreprise répondent à des normes de qualité spécifiques. Parmi ce que ce travail implique, citons l’examen minutieux des processus, la réalisation de tests, ou encore la recommandation d'améliorations.

Parce que vous êtes habitué(e) à travailler selon des normes précises et à résoudre des problèmes, vous cochez toutes les cases pour un tel job. En votre qualité d’ancien ingé, vous pouvez facilement identifier les défaillances, proposer des correctifs et, au final, garantir que le produit final est à la hauteur des attentes.

Formateur technique

La raison d’être du formateur technique est de partager son expertise avec d'autres : collègues, clients ou étudiants. Les anciens ingénieurs, parce qu’ils sont dotés d’une solide expérience pratique, sont souvent bien placés pour enseigner des compétences techniques spécifiques.

Le rôle demande non seulement une maîtrise du sujet, mais aussi une capacité à communiquer des concepts complexes de manière simple et compréhensible. Tout ce qu’on appelle la pédagogie, quoi !

Si vous aimez partager vos connaissances et interagir avec d'autres, c'est un chemin ultra gratifiant.

Les autres secteurs où mettre à profit vos qualités d’ingénieur

🔎  À l’été 2023, Ouest-France dressait le portrait d’Antoine, ingénieur nantais décidé à devenir psychologue. La leçon à retenir ? Une reconversion à 180 degrés, c’est possible ! Voici quelques champs que vous pourriez avoir envie d’explorer pour peaufiner votre projet.

Écologie et développement durable

Le meilleur moyen de combattre votre éco-anxiété (ou peur chronique de la catastrophe environnementale), c’est d’en devenir un pourfendeur !

Ce n’est pas vraiment un scoop : notre monde est confronté à de sévères défis écologiques. Eh bien dans ce même monde, les compétences analytiques et de résolution de problèmes des ingénieurs sont essentielles !

Que ce soit pour concevoir des technologies vertes, optimiser les processus pour minimiser les déchets, ou évaluer l'empreinte carbone des entreprises, vous pouvez jouer un rôle de premier plan dans la transition vers un avenir plus durable.

Santé et biomédical

Le domaine médical, avec ses innovations technologiques, nécessite lui aussi des esprits analytiques pour développer, tester et mettre en œuvre des solutions pérennes.

En tant qu’ex-ingé, vous pouvez contribuer à la création d'équipements médicaux, à la modélisation de systèmes biologiques, ou même à la recherche en génomique. Une voie pour associer technologie et soins avec, en ligne de mire, l’amélioration de la vie des patients. Plutôt vertueux, non ?

Agriculture et agroalimentaire

Si l’on devait résumer le numéro d’équilibriste imposé à l’agriculture moderne, on pourrait dire que c’est la nécessité d’innovations pour augmenter la productivité tout en préservant l'environnement. Un sacré challenge !

Or, les ingénieurs « repentis » peuvent contribuer à des domaines tels que l'agriculture de précision, la robotique agricole ou encore l'optimisation des chaînes d'approvisionnement alimentaire.

Votre approche analytique peut authentiquement aider à répondre aux défis de la sécurité alimentaire et de la durabilité !

Finance et investissement

Vous avez été habitué(e) à toucher un joli salaire pendant votre carrière d’ingénieur et ne comptez pas sacrifier votre confort matériel sur l’autel de votre reconversion ? J’ai peut-être ce qu’il vous faut…

Le monde de la finance nécessite une capacité d'analyse quantitative poussée. Les ingénieurs, familiers des systèmes complexes et des données, peuvent donc trouver leur place dans ce secteur.

En utilisant vos talents, vous pouvez aider à prendre des décisions d'investissement éclairées, à évaluer les risques financiers, ainsi qu’à développer des stratégies de trading.

Arts et design

L’imaginaire collectif aurait plutôt tendance à opposer la figure de l’artiste bohème de celle de l’ingénieur un brin geek… Qu’à cela ne tienne : les compétences techniques des ingés peuvent être mises à profit dans le monde artistique !

De l'acoustique des salles de concert à la création de logiciels pour artistes numériques, il existe une multitude d'intersections entre l'ingénierie et l'art. Avec votre sens de la précision et de l'innovation, gageons que vous pourrez collaborer avec des artistes pour repousser les frontières de la créativité…

Après l’ingénierie : trouver sa voie grâce à l’ikigai

🛣️  Vous vous êtes reconnu(e) dans une ou plusieurs des caractéristiques que j’ai listées tout au long de cette page ? Si vous êtes prêt(e) à changer de voie et à enfin trouver celle qui, après l’ingénierie, répondra pleinement à vos attentes, alors je suis ravi de vous familiariser avec l’ikigai !

Ce qu’est l’ikigai… et ce qu’il n’est pas

L’ikigai est un concept holistique, c’est-à-dire qu’il s'intéresse au sujet dans sa globalité. Connu au Japon depuis des siècles, l'ikigai vous permet de trouver votre véritable essence… ou raison de vivre.

Sur internet, il est très souvent représenté par un schéma constitué de quatre cercles croisés :

1.   ce que vous aimez : qu'est-ce qui vous motive et vous donne envie de bouger ?

2.   ce que vous savez faire : quelles sont vos forces et vos expériences professionnelles ?

3.   ce pour quoi vous pouvez être payé(e) : quelles sont, de manière réaliste, les possibilités de carrière qui pourraient vous offrir un revenu stable ?

4.   ce dont le monde a besoin : quels sont les problèmes que vous aimeriez résoudre ?

En trouvant l'intersection de ces quatre domaines, vous seriez en mesure d’identifier votre ikigai et, ainsi, être automatiquement guidé(e) vers une carrière satisfaisante et épanouissante…

Je préfère vous le dire tout de suite : si ce schéma a eu le mérite de populariser le concept d’ikigai, il n’en demeure pas moins outrageusement simpliste ! (et surtout plagié sur un schéma qui n'a rien à voir avec l'ikigai,...)

Car tout au long de ma carrière de formateur et de chercheur à l'université, j'ai compris un truc essentiel dans ma propre pratique de l’ikigai :

L'ikigai est bien un concept psychologique mais aussi une philosophie de vie qu'il faut pouvoir comprendre au travers de la culture japonaise. L'un ne va pas sans l'autre.

Et autant vous dire que ces 7 années passées à la fac de psycho m'ont pas mal aidé à comprendre toutes les finesses de ce concept si unique.

Parce que l’ikigai comprend plusieurs dimensions psychologiques qui synthétisent parfaitement les différents besoins humains pour vous permettre d'identifier puis d'harmoniser ce qui est porteur de joie et de sens dans votre vie... et d'en faire éventuellement une activité professionnelle.

Comment trouver son ikigai ?

Trouver son ikigai, ou plutôt ressentir son ikigai, ça commence par adopter le bon état d’esprit (psychologie toujours) pour trouver sa voie.

C'est-à-dire ? Oser chercher son ikigai même si on en sait pas où on va, dépasser ses croyances limitantes (j'en avais moi aussi, je vous rassure) et cheminer avec confiance vers la découverte de votre ikigai.

Un point de départ ? Vous pouvez commencer par identifier vos "passions". C'est à dire ce qui vous fait réellement vibrer, qui suscite votre enthousiasme et votre créativité. Attention : vous devez distinguer vos intérêts profonds, des simples hobbies… Un petit numéro d’équilibriste !

Au-delà de vos "passions", vous devez ensuite mettre le doigt sur vos talents naturels (et pas uniquement des compétences que vous aurez couchés à la va-vite sur votre CV pour impressionner un recruteur). Avec un objectif final en ligne de mire : mettre en valeur dans le bon contexte ces talents uniques que vous possédez pour qu’ils vous permettent d'exprimer enfin votre potentiel !

Et un autre gros morceau :  comment identifier ses valeurs personnelles ? Parce que c'est en connaissant précisément vos valeurs et la manière dont vous les exprimez que vous pourrez redonner un sens profond à votre vie et être aligné avec votre nouveau job.

Un bon conseil, ne parasitez pas la recherche de votre ikigai par des questions liées à l'argent (Comment vais-je vivre de mon ikigai, que puis-je pratiquer comme ikigai pour gagner de l'argent,...) Toutes ces questions trouveront seront plus facilement des réponses dès lors que vous aurez déjà identifié votre ikigai.

Le témoignage de Yohan, 37 ans, ancien ingénieur reconverti

📣Il y a quelques années, j'ai rencontré Yohan qui développait son projet, son retour d'expérience sur sa reconversion est particulièrement intéressant pour celles et ceux qui hésitent encore à ose changer de voie, voici son interview :

Julien Thomas : Pourquoi avoir décidé de changer de voie (après tes études d'ingénieur) ?

Yohan : Juin 2008, il me reste encore quelques semaines à boucler avant terminer mon stage de dernière année de master et je serai enfin ingénieur. Tout se passe pour le mieux. Même si je me demande déjà ce que je vais faire le weekend alors qu’on lundi et qu’il est à peine 12h, je me dis que 25 ans comme ça… il faudra serrer les dents.
Sauf que la crise vient taper à la porte et 80% de l’usine est à l’arrêt. Les effectifs sont réduits à peau de chagrin et je me dis que je risque bien de ne pas faire long feu. Ça tombe bien, je voulais devenir une rockstar.

Julien Thomas : Comment as-tu pu réussir cette reconversion ?

Yohan : Devenir une rockstar, n’était pas si intéressant que ça. Je crois même, avec le recul, que cela a été la pire année de ma vie… Heureusement dans le même temps, j’avais commencé à donner des cours à droite à gauche pour ne pas perdre la tête. Garder un semblant de stabilité. 

J’avoue ne pas avoir pris cela très au sérieux au début. Il m’aura fallu être touché une bonne fois dans mon orgueil pour m’y consacrer pleinement et développer une approche pédagogique imparable. Chose nouvelle, j’adore ce que je fais.

L’entreprise pour laquelle je travaille me propose tous les extras et je suis en haut de la liste. Il est temps pour une petite négociation salariale.


Hourra ! J’ai gagné 0,50 euro de l’heure… J’imagine que l’herbe est plus verte ailleurs.
C’est décidé, je me lance en solo. C’est terrifiant et excitant à la fois…


Je sais qu’il me faut me démarquer des autres, je trouve tous les sites qui propose des cours et je lis toutes les annonces des autres professeurs. Je construis la mienne et prends même une journée complète pour me faire une super photo d’annonce. Tout est en ligne, j’attends…

Le premier mois, j’ai gagné 60€. Autant dire qu’on est loin de payer le loyer. Mais la pensée de retourner à l’usine ne pas parait encore désirable. Deuxième mois, 400€…


Quatrième mois, premier smic… Je sais maintenant que je devrais pouvoir m’en sortir. Il me restera à affiner mes techniques marketing histoire de consolider tout ça et je devrais pouvoir me construire la vie dont je rêve.

Julien Thomas : Aujourd'hui, quel regard portes-tu sur ton changement de carrière ?

Yohan : Même s’il m’a fallu apprendre probablement beaucoup plus de chose que si j’avais continué dans la ma voie qui été tracée, la vision du monde que j’ai aujourd’hui est infiniment plus riche qu’elle n’aurait pu être. Je ne parle même pas des nombreuses rencontres inspirantes que j’ai pu faire arpentant cette voie. 

Il m’arrive de me demander parfois comment serait ma vie en tant qu’ingénieur dans une entreprise lambda. 

Jamais, je ne pourrais concevoir avoir la même liberté et la même qualité de vie. Le temps libre dont je dispose m’a permis d’acquérir des compétences dans de nombreux domaines. Si mon entreprise de cours devait s’arrêter demain, je sais que je serai en capacité de rebondir dans l’instant et de pouvoir m’occuper de ma famille. Ce qui me semble au final être la vraie définition de la liberté.


Vous aimeriez en savoir plus sur Yohan ou bien vous connaissez quelqu'un qui aurait besoin de cours de math ? 😉 Voici le site de Yohan : https://ezsciences.com/


Démarrer votre reconversion professionnelle

 🙂  Décidé(e) à laisser l’ingénierie derrière vous et besoin d’aide pour vous reconvertir ? Mon métier est d’aider les professionnel(le)s de France et de Belgique à trouver leur voie grâce à l’ikigai. Voici comment.

Une formation pour tous les ingénieurs… qui ne veulent plus être des ingénieurs

Je vous aide à inscrire votre projet professionnel dans un projet de vie global, qui prend en compte toutes les facettes de votre personnalité.

Comment je m’y prends ?

J’ai mis au point une formation appelée Bilan de compétences Ikigai. (finançable par CPF si vous vivez en France)

À l’issue de cette formation :

  1. vous saurez ce qui vous fait vibrer et vous donne de l'énergie pour déplacer des montagnes
  2. vous serez sûr(e) de vous et de vos choix de vie, comme jamais auparavant
  3. vous mettrez le doigt sur de nouvelles opportunités pour augmenter vos revenus rapidement
  4. vous vous sentirez à votre place grâce à un métier qui a du sens et dans lequel vous êtes acteur(rice) de votre vie

Un accompagnement sur-mesure car tout le monde est différent

À travers cette formation, c’est un accompagnement individualisé que je vous propose. Et au préalable, je vous délivre des informations personnalisées gratuitement et sans aucun engagement de votre part.


Tous les détails de la formation pour trouver votre voie

Accompagnement personnel et suivi inclus

Cet article en résumé :

Résumé du guide de reconversion pour ne plus être ingénieur

Nos autres voies de reconversion

🤓 Vous exercez actuellement un métier autre que celui d’ingénieur et songez à vous reconvertir ? Découvrez mes autres guides :

5/5 - (1 vote)

Article mis à jour le : 21/12/2023

Cet article vous a plu ? Moi, c'est Julien Thomas.

Psychopédagogue et chercheur spécialisé dans l'orientation. J'ai été publié chez plusieurs Editeurs scientifiques comme Routledge ou Elsevier.

Mais au delà des diplômes, ce qui m'intéresse c'est ce qu'il y a d'unique chez vous qui cherchez votre véritable voie pour trouver et décrocher le job qui vous correspond le plus !

C'est sur ce principe fondateur que j'ai orienté ou reconverti avec succès 800+ personnes depuis 2008.
Pour y arriver, j'offre mon sens de l'écoute, une expertise reconnue de plusieurs années et des outils scientifiques.
  • Formateur d'adultes depuis 2006.
  • Conseiller en insertion professionnelle à partir de 2008.
  • Missions de recrutement de 2009 à 2014.
  • Réalisation d’un doctorat en psychologie de 2012-2016.
  • Entrepreneur à son compte depuis 2016.

Vous avez des questions sur votre parcours professionnel ? 

Je suis là pour vous apporter des réponses.

En découvrir plus à propos de Julien Thomas

D'autres ressources peuvent vous intéresser

Reconversion : les Clés pour Dépasser ses Peurs
Pourquoi Faire un Récit de Vie pour Trouver sa Voie Professionnelle
Faut-il changer de job pour être heureux ?
Je ne veux plus être aide-soignant(e)
 Vous aimeriez rajouter quelque chose ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}